Articles

Le jeune Orchestre de l’abbaye ouvre le festival de Saintes en fanfare

Image
  Poursuivant notre périple musical, nos pas nous portent en l’abbaye aux dames de Saintes dont le festival est un pilier du paysage musical. En 2021, la manifestation fête sa cinquantième édition, et elle sera riche en évènements. Le Jeune Orchestre de l’Abbaye, fondé à l’initiative de Philippe Herrewghe et de l’abbaye y donne deux concerts chaque été sous la direction de son fondateur pour l’un et d’un autre chef pour l’autre. En ce samedi soir, jour d’ouverture du festival de Saintes, c’est Philippe Herreweghe qui dirigeait la phalange avec un programme germano-tchèque de haute volée. Il est à noter que le concert était retransmis en direct à la médiathèque de Saintes, afin de permettre au plus grand nombre d’assister à cette soirée si particulière puisque la manifestation rouvrait ses portes après dix-huit mois compliqués. Le concert débute par l’ ouverture tragique opus 81 que Johannes Brahms (1833-1897) composa et créa en 1880. D’entrée de jeu, Philippe Herreweghe prend les chose

Anne Pareuil, Thomas Morris et Mario Raskin investissent le château de Montsoreau pour une création particulière

Image
  Passant d’un château à l’autre, nous allons du majestueux château de Chambord au charmant château de Montsoreau dans le bucolique département du Maine-et-Loire. Après un concert de musique instrumentale de toute beauté nous avons eu droit à un concert de musique vocale original et assez réussi autour de Madame de Maintenon, épouse morganatique du roi soleil Louis XIV. Intitulé « L’épouse du Soleil ou Eh bien, chantez Maintenon », le spectacle alterne judicieusement théâtre et chant ; les scénettes théâtrales ont été écrites par l’alto Anne Pareuil, qui est aussi comédienne et écrivain, qui voue une grande admiration à la marquise qui partie de très bas a gravi patiemment les marches pour atteindre le sommet dans les dernières années de sa vie. C’est avec ses deux complices, le ténor Thomas Morris et le claveciniste Mario Raskin qu’Anne Pareuil présente pour la première fois cet étonnant spectacle. Le grand mérite de cette agréable gourmandise est de présenter des mélodies et morceau

L’orchestre Les siècles célèbre Camille Saint Saëns à Chambord

Image
  Alors que le festival de Chambord se poursuit avec su c cès , nous revenons au château pour assister au concert de l’orchestre Les siècles, fondé et dirigé par François Xavier Roth, qui célèbre le centenaire de la disparition du compositeur Camille Saint Saëns (1835-1921) . P our l’occasion, le chef d’orchestre a invité la violoncelliste Sol Gabetta et son père l’organiste Daniel Roth. C’est Vanessa Wagner qui accueille le public et donne au passage les consignes d’usage ; la pianiste, qui est aussi la directrice artistique du festival, en profite pour remercier l’orchestre et son chef de leur fidélité à la manifestation, en effet ils avaient ouvert la première édition du festival et reviennent pour célébrer son dixième anniversaire. L a soirée débute par l’interprétation de la danse macabre que Saint Saëns composa en 1874 et dont la création eut lieu en janvier 1875. D’entrée de jeu, François Xavier Roth, visiblement survolté et très heureux de reprendre du service, prend les ch

Clap de fin pour le Mozart Summer Camp : l’Orchestre des Champs Élysées donne un dernier concert de toute beauté au Théâtre Auditorium

Image
  Pour clôturer son « Mozart summer camp » au cours duquel il a proposé de multiples activités, siestes musicales, concerts sandwich et concerts, l’Orchestre des Champs Élysées revient à l’auditorium du TAP de Poitiers pour un ultime concert dirigé par Philippe Herreweghe. Pour cette dernière soirée 100 % Mozart, l’Orchestre des Champs Élysées présente le rondo N°3 en la mineur K511 et le concerto pour piano et orchestre en do majeur N°25 ; deux œuvres pleines d’espoir composées dans les dernières années de sa courte vie. La soirée, la dernière de cette mini saison « Y a plus de saison » organisée par le Théâtre Auditorium de Poitiers, débute par l’interprétation du Rondo pour piano N° 3 en la mineur K 511 . A l’origine c’est Alexei Lubimov qui devait venir à Poitiers, mais à cause de soucis de santé il a été remplacé par Kristi an Bezuidenhout. On ne peut qu’ apprécie r l a technique remarquable du pianofortiste australien (né en Afrique du Sud en 1979) qui joue un piano-forte qu

L’Orchestre des Champs Elysées investit le Théâtre Auditorium de Poitiers

Image
  Après un jeu de piste musical, destiné aux familles, mercredi matin, et un concert symphonique, jeudi soir, c’est un concert de musique vocale que nous propose l’Orchestre des Champs Élysées, placé en ce vendredi soir sous la direction de son sympathique 1 er violon Alessandro Moccia. Nous connaissons le génie de Mozart pour la musique vocale, mais sa musique aussi superbe soit elle n’en est pas moins terriblement difficile à interpréter et le divin salzbourgeois a tendu bien des pièges à ses interprète féminines. C’est la soprano ukrainienne Kateryna Kasper qui remplace l’artiste initialement prévue et empêchée de venir en raison des restrictions liées à la crise sanitaire.  La soirée débute par le divertimento N°11 en ré majeur , judicieusement présenté par extraits alternant avec les airs d’opéras du programme. La phalange, visiblement survoltée par la reprise de l’activité est dirigée de sa place par Alessandro Moccia. Les musiciens jouent avec une belle énergie une œuvre dif

La dixième édition du festival de Chambord ouvre en fanfare

Image
  Le festival de Chambord, qui célèbre enfin, et après plus d’un an de fermeture, sa dixième édition, ouvre ses portes à un public impatient de retourner dans les salles de théâtre. A l’origine, le concert d’ouverture devait se dérouler dans le parc du château avec l’Insula Orchestra dirigé par Laurence Equilbey, mais l’évènement a finalement été annulé. Cela étant dit, la réputation de l’Orchestre Centre-Val de Loire / Tours n’est plus à faire et ce très bel orchestre a aussi son mot à dire. Placé sous la direction de la cheffe d’orchestre coréenne Sora Elizabeth Lee, il interprète en ce samedi si particulier des symphonies de deux compositeurs qui se sont croisés brièvement en 1787 sans pour autant entretenir aucunes relations par la suite. De Ludwig Van Beethoven (1770-1827), qui avait une grande admiration pour son aîné Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) la phalange a présenté la symphonie N°3 en mi bémol Majeur « eroïca,». La seconde œuvre de la soirée, est une symphonie de Moza

Une vingt et unième édition du festival Verdi intéressante mais en demi teinte

Image
  Le 24 juin dernier, les responsables du Teatro Regio de Parme ont présenté le programme du prochain festival de Parme. Si l’édition 2020 avait vu ses dates changer tout en étant sérieusement rabotée, le moins que l’on puisse dire c’est que la portion reste congrue pour la prochaine édition de la manifestation. On notera cependant la présence exceptionnelle d’Elina Garança qui fera des débuts très remarqués tant à Parme qu’au festival Verdi. Opéras Un ballo in maschera ouvrira la manifestation le 24 septembre prochain. Si le cast est de belle tenue, il sera emmené de main de maître par le jeune baryton mongol Amartuvskim Enkhbat qui fera, cette fois, ses débuts au festival Verdi.. Distribution : Piero Pretti : Gustavo III ; Maria Teresa Leva : Amélia ; Amartuvskim Enkhbat (fait ses débuts au Teatro Regio de Parme) : Conte Gian Giacomo di Anckastrom ; Anna Maria Chiuri : Ulrica ; Giuliana Gianfaldoni (fait ses débuts auTeatro Regio de Parme et au festival Verdi) : Oscar ;